Hong Kong: pour la première fois, des tirs ont eu lieu dans les défilés

0
62

Lors d’une journée violente, la police a tiré en l’air et a utilisé des camions d’incendie pour intimider les manifestants les plus radicalisés.

Un policier de Hong Kong a tiré au moins une fois hier avec son arme lors de manifestations contre le gouvernement de Beijing. Selon des journalistes, d’autres membres de la police ont également tiré des coups de semonce.

C’est le premier incident de ces caractéristiques en trois mois de manifestations dans l’excolonie britannique.

« Autant que je sache, un collègue vient de tirer son arme. Un policier en uniforme a tiré », a déclaré à la presse le policier Leung Kwok Win. L’incident s’est produit lors d’affrontements entre manifestants et policiers à Tsuen Wan, à une dizaine de kilomètres du centre-ville.

Le territoire semi-autonome de Hong Kong, l’un des principaux centres financiers du monde, connaît sa pire crise politique depuis trois mois depuis le retour de la colonie britannique en Chine en 1997.

Le mouvement de protestation actuel, né de l’opposition à un projet de loi – maintenant suspendu – qui autorisait les extraditions de Hong Kong vers la Chine continentale, est devenu une campagne plus vaste pour réclamer plus de démocratie et de protection des libertés civiles locales. .

Des milliers de Hongkongais ont paradé silencieusement sous la pluie battante hier dans la région de Tsuen Wan. Mais les manifestants les plus radicalisés ont érigé une barricade et lancé des pavés et des cocktails Molotov contre la police.

Après avoir lancé des gaz lacrymogènes qui n’ont pas eu l’effet escompté, la police anti-émeute a utilisé pour la première fois des camions à prise d’eau contre les manifestants.

La police a toujours maintenu qu’elle réservait cette tactique dissuasive aux cas de « perturbation de l’ordre public à grande échelle ».

Les camions Hydrant sont peu utilisés à Hong Kong et la population est très sensible à cette méthode répressive. « Avec la police et les manifestants radicalisés, les bouches d’incendie seront de plus en plus utilisées à l’avenir », a déclaré un manifestant qui s’est identifié uniquement sous le nom de Fong.

Depuis le début du mouvement, la réaction du gouvernement central a été ambivalente.

Bien qu’il n’ait aucun droit légal d’intervenir directement à Hong Kong, Pékin a utilisé diverses méthodes, allant de l’intimidation à la propagande et aux pressions économiques, pour tenter de contenir l’opposition.

Le métro de Hong Kong est la cible de reproches pour avoir apparemment cédé aux critiques des médias officiels chinois, qui ont accusé les autorités de ce moyen de véhiculer des attitudes qui ont collaboré avec les actions des manifestants.

Hier, le réseau de transport a fermé certaines stations du quartier de Tsuen Wan, près du site où se déroulait la principale manifestation, pour la deuxième journée consécutive.

« Même si notre avenir est sombre, nous essayons de nous exprimer de manière rationnelle », a déclaré un jeune manifestant âgé de 20 ans qui s’appelle Peter. « Nous avons confiance en nous et en notre ville, et un jour nos demandes seront satisfaites », a-t-il ajouté.

Une deuxième réunion de plusieurs centaines de personnes, à laquelle ont participé des membres de la famille de la police, s’est également tenue dans une autre partie de la ville.

Samedi dernier, les manifestants ont érigé une barricade et proféré des insultes à l’encontre de la police, qu’ils accusent d’avoir commis des actes de violence.

Après des heures de tension, les forces de sécurité sont intervenues en lançant des gaz lacrymogènes contre les manifestants, qui leur ont jeté des bouteilles, des pierres et d’autres objets.

Dix personnes ont été hospitalisées après ces affrontements, dont deux dans un état grave, sans préciser toutefois si elles étaient des manifestants ou des policiers.

Facebook Comments