Coronavirus : l’Élysée n’exclut pas de reconfiner en cas de deuxième vague épidémique après le 11 mai

0
9769

«Tout doit être pensé, y compris les scénarios négatifs», reconnaît un proche d’Emmanuel Macron, selon qui l’immunité de masse de la population n’est pas la stratégie privilégiée par l’exécutif.

Édouard Philippe s’est voulu à la fois grave et optimiste. Lors d’une conférence de presse consacrée au coronavirus, dimanche, le premier ministre a indiqué que «notre vie, à partir du 11 mai, ce ne sera pas la vie d’avant le confinement». «Pas tout de suite, et probablement pas avant longtemps. Mais comme nous avons réussi le confinement ensemble, nous allons réussir ensemble le déconfinement», a espéré le premier ministre.

Depuis cette prise de parole, le scénario du retour à la normale se précise petit à petit. Retour progressif à l’école, reprise des cultes, réouvertures des cafés et restaurants… Toutes ces questions sont actuellement étudiées par l’exécutif, et les réponses sont attendues à la fin du mois. «Nous serons au rendez-vous», a promis Édouard Philippe, en se donnant deux semaines pour présenter un vaste plan «dans tous ses détails».

«Il ne faut pas remettre en cause cet effort par un retour trop précipité»

Reste que la fameuse «deuxième vague» épidémique, tant redoutée par les autorités françaises – et déjà constatée dans certains pays comme la Chine ou Singapour -, fait partie des risques. Preuve que cette hypothèse est prise au sérieux par l’Élysée : l’entourage d’Emmanuel Macron n’exclut pas de «resserrer la vis» par un éventuel reconfinement après le 11 mai. «Tout doit être pensé, y compris les scénarios négatifs comme celui-là», reconnaît un conseiller.

«La glace est fine et on n’a pas envie de faire des étapes en arrière», a d’ailleurs confirmé le président de la République, en marge d’un déplacement dans le (…)

Lire la suite sur Figaro.fr

Facebook Comments