Dans son message de Noël, le Pape appelle les Etats à partager les vaccins contre le coronavirus

Sourcefr.news.yahoo.com


0
350

VATICAN (Reuters) – Dans son message de Noël, le pape François a appelé vendredi les Etats à partager les vaccins contre le COVID-19, soulignant qu’aucune barrière nationale ne pouvait être érigée face à une pandémie qui ne connaît pas de frontières.

Signe des temps, François a délivré son message traditionnel « Urbi et Orbi » (à la ville et au monde) virtuellement depuis un lutrin à l’intérieur du Vatican, au lieu de le faire comme d’habitude devant des dizaines de milliers de personnes à partir du balcon central de la Basilique Saint-Pierre.

La pandémie et ses effets sociaux et économiques ont dominé ce message, dans lequel le pape a appelé à l’unité mondiale et à l’aide aux nations souffrant de conflits et de crises humanitaires.

« En ce moment de l’histoire, marqué par la crise écologique et de graves déséquilibres économiques et sociaux que la pandémie de coronavirus n’a fait qu’aggraver, il est d’autant plus important que nous nous reconnaissions comme des frères et sœurs », a-t-il déclaré.

Soulignant que la santé est une question internationale, il a paru critiquer une forme de « nationalisme vaccinal », dont les responsables de l’ONU craignent qu’il n’aggrave la pandémie si les pays pauvres reçoivent le vaccin en dernier.

« Que le Fils de Dieu renouvelle chez les dirigeants politiques et gouvernementaux un esprit de coopération internationale, à commencer par la santé, afin que tous aient accès aux vaccins et aux traitements. Face à un défi qui ne connaît pas de frontières, nous ne pouvons pas ériger de murs. Nous sommes tous dans le même bateau », a-t-il déclaré.

En raison du renforcement des mesures de confinement en Italie pour les fêtes, la place Saint-Pierre et la basilique étaient inaccessibles aux Italiens et aux touristes.

Le pape François a appelé également à la paix et à la réconciliation en Syrie, au Yémen, en Libye, au Haut-Karabakh, au Sud-Soudan, au Nigeria, au Cameroun et en Irak, où il doit se rendre début mars.

Il a également demandé de réconforter ceux qui souffrent de crises humanitaires ou de catastrophes naturelles au Burkina Fasso, au Mali, au Niger, aux Philippines et au Vietnam.

(Philip Pullella, version française Jean-Michel Bélot)

Facebook Comments