Huit États américains ont ouvert une enquête contre Facebook pour pratiques monopolistiques



0
277

Les régulateurs tentent de déterminer si le géant de la technologie abuse de son pouvoir de marché dans la gestion de données et la publicité.

La poursuite de New York mène une enquête antitrust contre Facebook, à laquelle sept autres États plus le District de Columbia participent également. Il s’agit là du dernier tournant des autorités de réglementation américaines vis-à-vis des grandes entreprises du secteur de la technologie, reflétant ainsi l’inquiétude croissante des autorités fédérales et des législateurs face à leur pouvoir de marché énorme.

Letitia James, procureur général de New York, a annoncé cette annonce vendredi sur son compte Twitter une heure et demie avant l’ouverture de Wall Street. Dans son bref message, James explique que l’enquête tente de déterminer dans quelle mesure les actions de Facebook mettent en péril les données des consommateurs, réduisent leur capacité de choix et augmentent le prix des publicités.

« La plus grande plate-forme sociale du monde doit respecter la loi », a-t-il déclaré. L’action est également soutenue par les procureurs généraux du Colorado, de l’Iowa de la Floride, du Nebraska, de la Caroline du Nord, de l’Ohio, du Tennessee et du district de Columbia. Dans un communiqué de presse conjoint, ils indiquent que l’examen portera sur le domaine de Facebook et sur le comportement concurrentiel potentiel découlant de sa puissance sur le marché.

James indique que la coalition de procureurs utilisera tous les outils disponibles pour enquêter sur Facebook et déterminer si ses actions violent les droits des consommateurs. La plate-forme dirigée par Mark Zuckerberg fait également l’objet d’un examen parallèle par l’agence de réglementation des activités commerciales (FTC) aux États-Unis, en coordination avec le ministère de la Justice.

L’enquête en est encore à ses débuts et pourrait prendre des années pour aboutir à une action concrète. Les États sont souverains lorsqu’il s’agit d’examiner les problèmes de concurrence, mais ils disposent de peu de ressources. En tout état de cause, cette annonce a été suffisante pour faire baisser la valeur de Facebook de 2% par crainte de nouvelles pénalités ou de modifications de votre modèle économique.

La FTC vient de sanctionner Facebook de 5 000 millions de dollars pour ne pas protéger la vie privée de ses utilisateurs, à la suite du scandale de la fuite de données par Cambridge Analytica. L’enquête est également annoncée alors qu’une trentaine de procureurs se préparent à annoncer une enquête antitrust distincte à l’encontre de Google, la plus grande entreprise du réseau Internet.

L’examen d’affiliation Alphabet sera dirigé par le Texas, selon les informations communiquées cette semaine. Dans ce cas, il s’attacherait à déterminer l’effet de ses pratiques commerciales sur le marché de la publicité numérique et son incidence sur le consommateur. La FTC a sanctionné cette semaine la plateforme audiovisuelle YouTube pour utilisation illégale de données relatives aux enfants.

Parmi les domaines que les régulateurs peuvent examiner sont également les acquisitions qu’ils ont réalisées dans le passé, afin de déterminer s’ils les ont utilisées pour éliminer leurs futurs rivaux. Le fait que ces sociétés contrôlent plusieurs plates-formes, telles que Instagram et WhatsApp dans le cas de Facebook, leur permet d’avoir un accès croisé aux données pour développer de nouveaux services.

Facebook Comments