Incendios en el Amazonas: Le Brésil crée un « interdisciplinario » pour la crise



0
222

Le ministre brésilien de l’Environnement, Ricardo Salles, a annoncé aujourd’hui la création d’une équipe « interdisciplinaire », appelée « Task Force Pro Amazonia » et composée d’organisations officielles, de sociétés privées et d’ONG, afin de remédier à la situation critique engendrée par les grands incendies.

Salles n’a pas donné de détails sur l’entrée en opération et les fonctions spécifiques de l’équipe, mais a déclaré qu’il bénéficierait de la participation du ministère de la Défense, de la police fédérale (PF) et de la Fondation nationale indienne (Funai), entre autres organisations, dans des déclarations sur le portail UOL, cité par l’agence EFE.

Amazon Task Force Pro aura pour objectif d’établir des programmes de développement économique dans la région, de mettre en place un nouveau système de données de surveillance et de déforestation et de « renforcer » ses actions de prévention et de contrôle.

Salles a déclaré que, contrairement aux initiatives similaires mises en œuvre par les gouvernements précédents, le nouveau projet impliquerait une plus grande participation des entreprises privées, en particulier de l’industrie pharmaceutique, qui pourraient développer de « nouveaux produits » à partir de la « biodiversité » dans la région.

« Nous avons besoin que les entreprises nous disent pourquoi elles n’investissent pas en Amazonie », a déclaré Salles, qui a été sifflé mardi lors de sa participation à la Semaine du climat en Amérique latine à Salvador, capitale de l’État de Bahia (nord-est).

Les déclarations de Salles sont présentées au milieu des controverses à l’origine des grands incendies et des déclarations du président brésilien, Jair Bolsonaro, qui a déclaré hier que les ONG étaient « les plus gros suspects » d’avoir provoqué la catastrophe en Amazonie, conséquence des coupures effectuées par le gouvernement sur les ressources qui leur ont été données.

Au cours de l’entretien, Salles a également évoqué les frictions avec la Norvège et l’Allemagne, pays qui financent le « Fonds Amazon » et ont gelé les ressources allouées à la coopération dans des domaines autres que la lutte contre la déforestation.

« Le fonds n’a pas approché le secteur privé pour assurer la continuité des politiques publiques et des chaînes de production. Sans le secteur privé, aucun investissement ne serait durable. Nous créerons simplement une demande artificielle et, lorsque la ressource publique sera retirée, l’initiative mourra », a-t-il déclaré. le ministre

De son côté, le ministre a mis en doute les données officielles sur la déforestation, critiquées par Bolsonaro, et a annoncé que le gouvernement engagerait une société privée de surveillance par satellite pour accompagner plus efficacement les actions de lutte contre l’exploitation illégale des forêts.

« Il y a une augmentation continue de la déforestation, qui va de 2012 à aujourd’hui. Personne ne nie une augmentation de la déforestation, mais il n’est pas correct d’imputer cette croissance au gouvernement Bolsonaro », a-t-il déclaré.

Selon l’Institut national de recherche spatiale du Brésil (INPE), qui comptabilise les incendies au moyen d’images satellites, les incendies survenus dans tout le pays depuis le début de l’année sont supérieurs de 83% à ceux de la même période en 2018.

Facebook Comments