La Russie et l’Ukraine échangent des prisonniers après cinq ans de guerre



0
216

35 prisonniers de chaque côté ont été libérés. Le président russe Vladimir Poutine et l’ukrainien Volodimir Zelenski considèrent qu’il s’agit d’un premier pas vers la paix.

L’Ukraine et la Russie ont fait samedi dernier le premier échange de prisonniers depuis le début de la guerre en 2014 dans l’est de l’Ukraine, ce que les deux gouvernements ont décrit comme un « premier pas » vers la normalisation des relations.

Au total, 70 détenus ont été libérés, dont 35 de chaque partie, dans le cadre d’une opération qui a débuté tôt samedi et s’est terminée après midi lorsque deux avions avec les prisonniers se sont échangés à l’aéroport de Vnúkovo et que l’Ukrainian Borispol a décollé.

Le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov fait partie des prisonniers rentrés dans leur pays. Sa libération a exigé la communauté internationale, ce qui pourrait constituer une première approche après cinq ans de conflit entre les deux pays.

L’avion transportant les Ukrainiens a atterri à l’aéroport principal de Kiev, où des dizaines d’amis proches et le président, Volodimir Zelenski, les ont accueillis sur la piste.

« Nous avons fait le premier pas (…). Nous devons prendre le reste pour mettre fin à cette guerre horrible », qui a causé environ 13 000 morts en cinq ans, a déclaré le président ukrainien à l’aéroport Borispil de Kiev, en présence de dizaines de journalistes.

« Je félicite tout le monde pour la libération de nos héros », a-t-il ajouté.

En Russie, la télévision d’Etat a montré aux détenus russes descendant de l’avion à l’aéroport de Vnoukovo à Moscou.

Parmi les réactions internationales, l’Allemagne, les États-Unis et la France se sont félicités de cet échange, dans lequel ils voient un signe du début d’une résolution du conflit.

C’est peut-être «le premier pas d’un géant vers la paix», a déclaré le président américain Donald Trump sur Twitter, félicitant les deux pays. C’est un « signe d’espoir », a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel.

« J’espère que le reste des prisonniers sera bientôt libéré. Même avec la libération du dernier prisonnier, notre combat n’est pas terminé. La victoire est encore loin », a-t-il déclaré, avant de remercier « tous ceux qui nous ont aidés, nos familles ».

Après l’échange de samedi, Kiev espère obtenir la libération de quelque 90 de ses citoyens détenus en Russie et en Crimée, selon l’ONG spécialisée Centre pour les libertés civiques.

Le réalisateur ukrainien avait été arrêté en Crimée en 2014 après avoir protesté contre l’annexion par la Russie de cette péninsule ukrainienne. Il a été condamné à 20 ans d’emprisonnement dans une prison de la région arctique de la Russie pour avoir préparé des « attaques terroristes ».

En 2018, il avait fait une grève de la faim très médiatique de 145 jours.

Facebook Comments