Les troupes turques lancent une invasion de positions kurdes au nord-est de la Syrie



0
159

Les forces terrestres turques ont commencé leurs opérations dans les zones frontalières du nord-est de la Syrie, ont rapporté des médias turcs citant le ministère de la Défense du pays.

Outre l’armée turque, des combattants de l’armée nationale syrienne d’opposition participent à l’opération.

Un peu plus tôt, certains représentants de la milice kurde ont déclaré qu’ils se battaient déjà contre l’armée turque, mais jusqu’à présent, Ankara n’a pas reçu de confirmation à ce sujet.

Le 9 octobre, le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé le lancement de l’opération militaire turque « Printemps de la paix » en Syrie. Selon lui, le but de cette opération est la lutte contre les militants kurdes et les terroristes de l’Etat islamique dans les zones frontalières du nord-est de la Syrie.

L’opération implique les forces armées turques, ainsi que l’armée nationale syrienne, soutenue par Ankara. Selon le plan, la tâche principale est de créer une zone de 480 km de long et 32 ​​km de profondeur entre l’Euphrate et la frontière irakienne, exempte de militants sur le territoire syrien. Cela permettra à la Turquie de contrôler la situation dans toute la zone frontalière de l’Euphrate à la mer Méditerranée.

La Turquie considère les Forces d’autodéfense du peuple kurde (YPG) comme des terroristes en raison de leurs liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan, qu’Ankara a qualifié d’organisation terroriste.

Initialement, la partie turque a convenu avec les États-Unis d’un plan visant à créer une zone de sécurité dans cette zone, exempte de milices kurdes et de terroristes. Cependant, la mise en œuvre de ce plan commun s’est enlisée et Ankara a décidé d’agir de manière indépendante.

Le président américain Donald Trump, en prévision de l’opération, a décidé de se retirer pour occuper un nouveau poste au sein de l’armée américaine dans le nord de la Syrie. Ceci est fait pour qu’ils ne soient pas dans la zone de guerre. Au même moment, au Congrès américain, des représentants des deux partis ont critiqué la décision du président américain, estimant qu’il avait été laissé à la merci des Kurdes, qui avaient déjà aidé les États-Unis à lutter contre le groupe terroriste IS.

Le mécontentement dans les milieux politiques américains s’explique par le fait que ce sont les combattants kurdes, désormais membres du groupe d’opposition Syrian Democratic Forces, qui ont joué un rôle clé dans la lutte, avec le soutien des États-Unis, contre le groupe terroriste IS.

Dans l’UE, les pays ont appelé Ankara à mettre fin à l’opération. Trump a condamné la Turquie pour avoir envahi la Syrie. Il a souligné que l’armée américaine dans la zone de l’opération turque – non. Il a de nouveau rappelé qu’il s’était toujours opposé à des « guerres sans fin et sans signification ».

Et le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a adopté une position plus modérée, soulignant que l’armée turque devait agir avec prudence et faire preuve de retenue.

Facebook Comments