L’Iran refuse de maintenir tout type de négociation bilatérale avec les Etats-Unis



0
150

Le président Hasan Rohaní a nié un rapprochement avec Donald Trump et a insisté pour que Washington lève les sanctions.

Le président iranien Hasan Rohaní a déclaré mardi que son pays ne tiendrait pas de négociations bilatérales avec les Etats-Unis et que, s’il levait les sanctions contre l’Iran, il n’y aurait qu’un dialogue multilatéral avec le reste des membres de l’accord nucléaire de 2015. .

« Nous l’avons répété et répété et nous le répétons: nous n’avons aucune intention de mener des discussions bilatérales avec les Etats-Unis. Nous ne l’avons jamais fait et nous ne le ferons jamais », a-t-il déclaré dans un discours télévisé prononcé devant le Parlement iranien.

Rohaní a déclaré qu’ils « n’avaient jamais » répondu aux appels en faveur de ces négociations, annulant clairement ce qui avait été annoncé par le président français Emmanuel Macron, au sujet d’une éventuelle rencontre entre les dirigeants iranien et américain, Donald Trump.

À cet égard, Rohaní a précisé que si les États-Unis levaient « toutes leurs sanctions » contre l’Iran, « il est possible que cela fasse partie des négociations à 5 + 1 », faisant référence au nom du groupe de puissances ayant signé l’accord nucléaire avec l’Iran en 2015 (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne).

Depuis mai 2018, lorsque Trump a retiré les États-Unis du pacte, des pourparlers ont eu lieu entre l’Iran et les cinq autres pays, appelés 4 + 1.

« Lorsque nous parlons de négociations, nous entendons seulement si nous revenons à la situation antérieure du JCPOA (acronyme anglais de l’accord nucléaire) », a déclaré Rohaní, qui avait précédemment laissé entendre qu’il pourrait y avoir des négociations directes avec les États-Unis.

En raison des sanctions imposées par les États-Unis et de l’incapacité des autres signataires à les contrecarrer, l’Iran a cessé de respecter certains de ses engagements nucléaires, tels que les limites du stockage d’uranium et son niveau d’enrichissement.

Les autorités persanes ont l’intention de prendre de nouvelles mesures dans cette direction, vendredi prochain, à la fin de leur deuxième ultimatum, comme Rohaní l’a déclaré aujourd’hui.

« Si les signataires restants de l’accord nucléaire peuvent remplir une partie de leurs engagements, nous pouvons reconsidérer la réduction de nos engagements mais, s’ils ne font pas un pas solide, nous franchirons définitivement la troisième étape dans quelques jours », a-t-il averti.

Bien qu’ils franchissent cette troisième étape, Rohaní a déclaré que « les pourparlers se poursuivraient » et que les mesures prises par l’Iran pour réduire ses engagements nucléaires sont conçues pour être inversées lorsqu’elles sont jugées appropriées.

« La base de nos discussions avec les pays européens est que nous voulons qu’ils achètent notre pétrole à l’avance afin que nous puissions disposer de revenus. Cela facilitera la situation et nous permettra de ne pas réduire davantage nos engagements envers le JCPOA », a-t-il expliqué.

Rohaní a confirmé qu’ils n’étaient pas encore parvenus à un accord final, alors que le temps presse, car s’il n’y a pas de résultats positifs avant jeudi, l’Iran appliquera sa troisième phase de réduction vendredi.

L’accord nucléaire limite le programme nucléaire iranien en échange de la levée des sanctions internationales, de sorte que les mesures prises par Washington empêchent cette contrepartie et affaiblissent le pacte.

Facebook Comments