Un navire de 356 migrants ouvre une nouvelle impulsion avec l’UE



0
204

Le navire humanitaire Ocean Viking – avec 356 personnes à bord, principalement des Africains, sauvé en Méditerranée au large de la Libye – approche de deux semaines en mer sans se voir assigner un port de débarquement sûr, une situation que les sauveteurs soient qualifiés de « nouvelle réalité », à un moment où l’Europe ne parvient pas à apporter une réponse systématique au drame de la migration. « C’est une honte totale. C’est inhumain », a déclaré hier Jay Berger, coordinateur du projet Médecins sans frontières (MSF) à Ocean Viking.

« Des mesures concrètes doivent être prises. Ce n’est pas comme cela que les gens devraient être traités », a déclaré Berger. « Laisser les migrants sur des bateaux de sauvetage pendant des semaines, jusqu’à ce que la crise devienne une urgence, devient la nouvelle norme. Nous n’essayons pas de forcer notre entrée dans les eaux italiennes ou maltaises. Nous attendons une solution, mais cela prend trop de temps. » il a ajouté.

L’Ocean Viking a procédé à quatre renflouements au large des côtes de la Libye du 9 au 12 août et attend depuis 13 jours l’autorisation de prendre des migrants à leur port. Le bateau, d’une capacité de 200 passagers, navigue entre Malte et l’île italienne de Linosa, au sud de la péninsule, et reste à l’écart de la côte pour éviter d’exciter les migrants sauvés.

Le navire battant pavillon norvégien a été rejeté par Malte et ses deux demandes adressées aux autorités italiennes n’ont pas reçu de réponse, ont indiqué des ONG.

Le navire transporte principalement des migrants du Soudan. Selon MSF, plus de 100 mineurs, dont 90 non accompagnés et trois moins de cinq ans, comptent plus de 100 mineurs.

Anxiété

Berger a déclaré que la situation à bord restait « gérable », mais que l’inquiétude grandissait quant à ce qui pourrait se produire si l’indéfinition s’étendait. Les migrants craignent avant tout d’être renvoyés en Libye, où beaucoup ont été torturés et placés en détention, a ajouté le coordinateur de MSF.

« Plus nous passerons de temps en mer, plus il leur sera difficile de nous faire confiance », a-t-il déclaré. « Deux semaines, c’est déjà trop long. »

Jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’urgence médicale ni de tension, comme ce fut le cas pour le navire de sauvetage espagnol Open Arms, qui a atterri mardi dernier sur l’île italienne de Lampedusa, après qu’un procureur eut ordonné la capture du navire dans le cadre d’une enquête sur des accusations d’enlèvement, de défaut d’aide et de sécurité.

Contrairement à Ocean Viking, les Open Arms ont dû être autorisés à pénétrer dans les eaux italiennes après qu’un tribunal administratif eut décidé qu’ils pouvaient accéder au port. Un appel à cette décision présenté par l’intransigeant ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, est toujours en instance.

La situation critique de l’Ocean Viking, gérée par MSF et une autre ONG française, SOS Méditerranée, menace de devenir un nouvel élan migratoire avec l’Italie si elle décidait de se diriger vers ses côtes, après des semaines de controverse autour de Open Arms.

Rome a interdit l’entrée de bateaux de sauvetage privés opérant au large des côtes de la Libye dans les eaux internationales proches de l’Italie. Salvini les appelle des « taxis » pour les trafiquants d’êtres humains et avertit que son pays ne devrait pas être « le camp de réfugiés du continent européen ».

Facebook Comments