Une femme en niqab armée d’un couteau interpellée à la gare d’Austerlitz

0
1790

Une femme intégralement voilée porteuse d’un couteau a été interpellée gare d’Austerlitz. Intriguée par son comportement qui indiquait qu’elle n’avait pas l’intention de prendre un train, elle a été signalée à la police par un voyageur.

Depuis la diffusion le 1er janvier sur Twitter d’une vidéo de propagande en français d’un djihadiste de l’État islamique montrant comment attaquer les “mécréants” en France avec une “simple lame” quand on ne peut pas faire le “djihad” en Syrie, les attaques au couteau semblent se multiplier.

A Villejuif et à Metz, les deux actions peuvent être reliées à l’islamisme radical des mis en cause neutralisés par la police. Désormais il faut mener l’enquête concernant la femme de 37 ans gantée et vêtue d’un niqab qui a été interpellée hier en début de soirée gare d’Austerlitz avec un couteau d’une lame de 15 centimètres et un Coran dans une sacoche ouverte.

Sans documents d’identité sur elle, la femme a affirmé habiter en Seine-Saint-Denis. Elle n’a pas justifié la présence de l’arme au moment de son interpellation, bien qu’elle ait précisé ne pas vouloir faire de mal à personne.

À partir de son identité déclarée, les forces de l’ordre ont pu vérifier que cette femme est fichée au FPR et recherchée par la police judiciaire au titre de “personne disparue”. Elle a obtempéré sans incident aux demandes des forces de l’ordre de retirer son voile intégral. Elle a été fouillée pour s’assurer qu’elle ne disposait pas de ceinture explosive et ses affaires ont été vérifiées avec l’aide d’un chien de détection.

C’est son comportement en gare qui a intrigué un jeune homme en attente dans la salle voyageurs. Intégralement voilée, le visage dissimulé malgré la loi en vigueur depuis 2011 interdisant de se masquer dans l’espace public (mais qui n’est guère respectée), elle faisait des allers-retours, semblant parler seule et regarder des vidéos sur son portable.

Selon ce témoin, elle était en gare, mais elle n’avait pas l’intention de prendre le train, délaissant notamment les panneaux d’affichage, elle semblait n’attendre personne non plus. Après l’avoir observée durant une quarantaine de minutes et remarquant qu’elle parlait à haute voix, l’index en l’air (le signe d’allégeance des islamistes), il s’est rendu au poste de police de la station.

La femme a été placée en garde à vue.

Facebook Comments