Vieille garde contre nouvelle génération



0
280

Medvedev est probablement le jeune homme le moins connu, il a une image moins captivante, mais il est curieux de voir comment le charisme ou l’absence de charisme nous conduit parfois à une évaluation moins précise.

Les deux joueurs qui se sont avérés plus en forme sur la tournée américaine sont ceux qui vont jouer la finale de l’US Open; l’un d’eux représentant la vieille garde, l’autre de la nouvelle génération. Rafael a été proclamé champion à Montréal et Daniil Medvedev à Cincinatti, les deux derniers Masters 1000 disputés. Et curieusement, les deux sont arrivés après un match en demi-finale avec un développement similaire, deux matchs en trois sets et, dans les deux cas, avec un premier set difficile qu’ils ont résolu en tie-break et qui a provoqué la perte progressive du soufflet. ses adversaires, Matteo Berrettini et Grigor Dimitrov.

Les deux finalistes ont joué un match très complet. Le Russe devait faire face à un rival imaginatif et techniquement presque parfait, tandis que Rafael était vu avec un adversaire coriace et avec une puissance excessive dans ses coups.

Medvedev est probablement le joueur de tennis Next Gen le moins connu. Ou du moins, cela a été jusqu’à présent. Comme je l’ai dit, son jeu est un peu moins orthodoxe et, en tant que joueur, il a une image moins colorée et captivante que Stefanos Tsitsipas, Nick Kyrgios ou Alexander Zverev. Il est curieux de voir comment le charisme ou l’absence de charisme nous amène parfois à faire une évaluation objective et, par conséquent, moins précise. Cependant, au vu des progrès réalisés par le Russe cette année, nous sommes confrontés à un rival très dangereux et nous devons maintenant en tenir beaucoup à l’épreuve.

Il est un joueur sans caractéristiques spectaculaires qui sont toutefois compensées par une grande tactique et par la balance de tous ses coups. À l’Open d’Australie, il l’avait déjà prévenu lorsqu’il avait mis Novak Djokovic en difficulté lors du match de quatrième tour. Et son évolution est constante depuis lors. L’année dernière, il a terminé 16e au classement et, quoi qu’il se passe en finale, l’US Open deviendra le quatrième joueur mondial.

Il se voit offrir une grande opportunité: devenir le premier vainqueur d’un Grand Chelem de la prochaine génération, ce qui élèvera également les joueurs qui le placeront à un niveau plus élevé. Bien sûr, je vous fais confiance pour constater la pression et la difficulté de faire correspondre ces caractéristiques, et que cette génération doit encore attendre pour une autre finale.

Rafael, quant à lui, a joué un tournoi quelque peu irrégulier, avec des moments brillants et d’autres plus instables, mais je pense qu’avec la demi-finale, il a retrouvé le sentiment de stabilité nécessaire pour affronter la finale. Je pense qu’il doit partir avec la conviction de prendre le relais du jeu et d’imprimer un rythme soutenu dans les échanges, afin de ne pas se laisser emporter par le malaise causé par le jeu de son adversaire.

Rafael est également confronté à une grande opportunité. C’est sa vingt-septième finale du Grand Chelem, ce qui lui donnera une plus grande tranquillité d’esprit en ce qui concerne la piste et une excellente occasion d’approcher dangereusement Federer et de s’éloigner de Djokovic. J’imagine que les deux vont être en attente d’un résultat susceptible de renforcer leur rythme ou d’alléger quelque chose d’autre.

Facebook Comments